Publicités

Le Bacottin


via Le Bacottin

J’ai eu envie de partager cet article sur un fromage de chèvre, type feta, produit près de Mont-de-Marsan, le Bacottin. Fromage labellisé AP (Agriculture Poétique), tout un poème !

Publicités

Citation

Livre sur les fées : The Faerie Handbook


Je vous présente une petite merveille. (Là, là-haut,ci-dessus ☝, vous la voyez ?)

Je n’ai pas encore terminé de lire ce bijou. Je prends mon temps, je flâne. Je savoure chaque paragraphe car cette lecture est un vrai bonheur.

The Faerie Handbook est un livre pour les amoureux de la Féerie. C’est également un livre pour les esthètes. D’abord, rien que par sa couverture.

Je pense qu’elle est cartonnée et recouverte d’un tissu, mais je ne sais pas du tout lequel. Ce n’est pas le plus important de toute façon, n’est-ce pas ?

La beauté de cette couverture tient dans l’association des couleurs, violet et argenté, dans le graphisme et la manière dont le titre ou le résumé sont encadrés et disposé. J’aime beaucoup les colonnes qui font office de cadre. Tout de suite, on voit que le livre est de qualité.

Ci-dessus, je vous montre l’intérieur de la couverture. C’est superbe ! Rien que ces éléments font de ce livre un Beau-Livre, et ce n’est pas le plus beau.

Lorsqu’on ouvre The Faerie Handbook et qu’on commence à lire les premières lignes, on est tout de suite transporté. En tout cas, c’est le sentiment que j’ai eu et il se confirme au fil des pages.

Les textes sont de grande qualité, écrits avec élégance et d’une plume qui donne envie d’aller plus loin. À chaque paragraphe, chaque page, je veux lire un peu plus et me plonger plus profondément dans la Faerie.

L’abondance des illustrations et leur variété est une autre richesse de ce livre.

Ci-dessus, une illustration de Gustave Doré ( Fairy Land, Gustave Doré, 1881)

Petites maisons de fées, par Sally J. Smith/Greenspirit Arts

Photo de Katerina Plotnikova

(Les Fleurs Animées, J.J.Grandville, 1847)

(Midsummer Fairies, John George Naish, c. 1856)

Bonbons de fleurs de violettes

Ces images sont un court florilège de ce que le livre a à offrir.

J’avais hésité à l’acheter sous format électronique, parce que moins cher. Seulement, je trouvais dommage de ne pas profiter de toutes les possibilités de la version papier. Je l’ai donc commandé version papier et je m’en félicite. Cela vaut vraiment la peine, parfois, de débourser un peu plus.

Grâce à cela, je peux sentir la douceur du papier intérieur et l’infime rugosité de la couverture. Surtout, je peux humer l’intérieur.

Vous ne le faites jamais ça, ouvrir un livre pour en sentir l’odeur de ses pages ? Les livres ont tous une odeur, certaines sont repoussantes, d’autres agréables. Celle de ce livre fait partie des agréables pour moi. Elle a ce parfum qui me transporte vers des rivages lointains et imaginaires.

Attention ! Le livre est en anglais.

Intéressés pour l’acheter ? Vous le trouverez facilement sur Amazon ou sur Faerie Magazine. Ce sont d’ailleurs les éditeurs de ce magazine qui sont à l’origine de ce bijou.

En passant

Chapitre 1 (suite et fin)


(suite de Chapitre 1 (suite) et Chapitre 1 : La bibliothèque privée de Mr Léon Feuillette)

Un long cri strident retentit dans le manoir. Cet hurlement affreux fit presque trembler les murs pourtant solides de l’antique demeure, figeant instantanément toute forme de vie, humaine, animale ou autre, dans la maison et alentours.

Impertubable, la petite fille blonde balançait ses jambes menues, ses pieds heurtant à intervalles réguliers la commode en brun et grenat placée contre le mur tapissé de vert à rayures dorées en face du bureau de son oncle. Le visage blême et figé de stupeur, Léon la regardait comme si elle était un fantôme.

« Mais… Mais… Que fais-tu ici, toi ? Où est Grizéla ? »

« Maman est partie, répondit la fillette sans s’émouvoir. On m’a déposée ici. »

« On t’a déposée… Qui ? Pourquoi ? Que vais-je faire de toi ? »

« Je ne connais pas le nom du conducteur du fiacre qui m’a conduite ici. Je suis venue toute seule parce que vous êtes ma seule famille désormais et vous n’aurez rien à faire de moi, je peux me débrouiller toute seule. »

« Tu n’as que neuf ans ! Tu as besoin d’un adulte pour s’occuper de toi. Je suis trop occupé. »

« Occupé à quoi ? » demanda la petite fille, curieuse.

« Je vais demander à Linette, » continua de réfléchir Léon sans l’entendre.

Voyant que son oncle ne lui prêtait plus aucune attention, Aëla descendit de son perchoir et se dirigea vers une des grandes bibliothèques où un livre attirait son attention depuis le début de son entrée. Elle se dirigea dans cette direction, les épais tapis étouffant opportunément le bruit de ses pas. Elle retint son souffle et ouvrit la porte vitrée. Heureusement, celle-ci ne fit aucun bruit et son oncle, toujours abîmé dans ses pensées, ne remarqua rien.

Il ne restait qu’à se hisser sur la pointe des pieds, à tirer sur le bras et à saisir ledit livre sans rien faire tomber. Aëla, rompue à ce genre d’exercices, le fit en un clin d’œil. Elle referma la porte et s’assit sur le tapis, le dos calé contre le bois brun grenat du meuble. Elle observa un bref instant la couverture en cuir végétal teinté de vert d’eau et agrémenté d’une peinture enchâssée dans un cadre ovale argenté. La peinture, une aquarelle, représentait un paysage fantasmagorique. Le titre était écrit en lettres argentées juste en dessous. La fillette ouvrit le livre et se plongea sans tarder dans sa lecture.

« Qu’as-tu dans tes mains ? Qui t’a permis de fouiller dans ma bibliothèque ? »

Le hurlement de Léon fit trembler les vitres de la bibliothèque. Aëla leva vers lui des yeux gris doux et impassibles. Des yeux si semblables à ceux de Grizéla, sa sœur bien-aimée. C’est sans doute grâce à cela que son irritation retomba aussitôt et qu’il ne chassa pas sa nièce de la bibliothèque.

«Ben, tonton. Tu vois bien que c’est un livre !»

L’étonnement d’Aëla était sincère. Léon ne prit pas la peine de lui répondre. Il souleva le livre qu’elle tenait dans ses mains pour en lire le titre. Sa mâchoire parut se décrocher.

«Tu ne le lis pas vraiment !» s’exclama-t-il.

«Bien sûr que si. Les gravures sont certes très belles mais j’ai passé l’âge de lire des livres d’images.»

«Enfin, ne raconte pas de bêtises ! Personne ne sait déchiffrer ces signes. D’ailleurs, je songe à m’en séparer. Il me prend de la place et ne me sert à rien.»

«Ne fais pas ça, tu risques de le regretter. Je peux le lire parce que j’ai appris l’ancien haut-elfique. »

Léon regardait sa nièce avec incrédulité. Comment une enfant aussi jeune pouvait-elle avoir appris une langue réputée être la plus complexe au monde, alors que les meilleurs linguistes s’y étaient cassé les dents ?

Aëla rendit son regard à son oncle, puis, l’air de rien, lut un passage. Les mots coulaient de sa bouche avec fluidité, prouvant à l’adulte incrédule que la fillette savait de quoi elle parlait. Sans aucune hésitation, elle traduisit le texte dans la foulée.  Les langues elfiques avaient cette particularité : il était impossible de mentir sur leur traduction ou sur leur lecture. Ainsi une personne qui n’y connaissait rien ne pouvait feindre de les parler.

Quand elle eut terminé de traduire, Aëla leva la tête. Son oncle était figé de stupeur, au point qu’elle eut peur qu’il fût transformé en statue. Cela ne dura qu’un bref instant puis l’oncle Léon sembla se transformer en tornade. Il tournoya d’étagères en étagères.

Les livres s’empilèrent sur les tables, le bureau, le sol, bref sur toutes les surfaces planes disponibles (ou pas) à la vitesse de l’éclair. Certains réintégraient leurs étagères, accompagnés d’exclamations impatientes. D’autres furent mis en tas dans un coin et les restants furent empilés dans un autre.

Aëla observait la scène, d’un air dubitatif. Une nouvelle tournée de livres fut à son tour rangée dans les étagères. Finalement, il n’en resta qu’une dizaine, tous écrits en elfique commun, haut-elfique et ancien haut-elfique, dont celui qu’Aëla était en train de lire.

La porte de la bibliothèque s’ouvrit et l’oncle Léon sortit  en coup de vent. Il revint l’instant d’après, muni d’une mallette dans laquelle il entassa les livres sélectionnés. Aëla se demandait ce qu’il allait résulter de tout ce chamboulement.

Elle n’allait pas tarder à le savoir…

 

 

En passant

Follow Le Grimoire d'Ithilindil on WordPress.com
juin 2018
L M M J V S D
« Mai   Août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Goodreads

Archives

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 125 autres abonnés

Member of The Internet Defense League

Articles que J’aime

%d blogueurs aiment cette page :