Publicités

Les fées des montagnes (1ère partie)


En tant que personnification de la nature, les fées vivent partout, dans les fleurs, dans les cours ou plans d’eau, les forêts, les jardins… et dans les montagnes. Comme le titre l’indique, cet article va parler plus particulièrement des fées des montagnes.

 

 

Les Dames Bleues

C’est surtout dans les Alpes qu’on rencontre ces fées à la beauté resplendissante et à la chevelure de givre. Appelées Dames parce qu’elles sont les souveraines des montagnes et Bleues en référence à la couleur des fleurs des alpages, de l’eau, du ciel, de la glace et des ombres de la neige.

En se promenant dans les Alpes suisses, on peut rencontrer leur cousine la Fhrön alors qu’en Italie la fée des montagnes répond au nom de Dive. Peut-on y voir un lien avec le mot diva qui signifie divine ? Étant donné que les fées sont généralement considérées comme des divinités mineures (ou d’anciennes divinités ayant perdu ce statut) cela se pourrait. . Enfin, en allant du côté de l’Autriche, ce sont des fées aux pattes de chèvre, les Dalien, que le promeneur risque de croiser.

Les Dames Bleues chantent à l’entrée des cavernes, leurs voix douces résonnent loin dans la vallée et montent jusqu’aux bergers, là-haut sur les alpages, pour les mettre en garde. Attachées aux hommes des alpages, elles veillent sur eux, les protègent des dangers invisibles, les empêchent de se perdre quand le brouillard est épais.

Ces fées sont très actives. Elles plantent des fleurs sur les pentes, rentrent les chamois dans les cavernes le soir, parfument le lait des troupeaux, abritent les chalets des avalanches, enseignent l’amour et les herbes médicinales aux jeunes bergères.

Elles s’attachent aux bergers comme à de fragiles enfants perdus au milieu d’une nature qu’ils ne comprennent pas bien. Protectrices des hommes des alpages, elles accueillent ceux qui tombent dans leurs voiles tendus au-dessus du vide.

Épouses des Nörggen, des Lörggen et des Waldzergen, elles détestent qu’on leur touche les cheveux (il est intéressant de noter que chez les Mérovingiens, la chevelure était le symbole du pouvoir) et soumettent l’impudent au bon vouloir des fées de l’écho ou des fées du vertige.

Avec les Dames Bleues le journaliste allemand Karl Grün décrit les Filles des rayons du soleil, aussi appelées les Demoiselles Bleutées, dans son livre Les Esprits Élémentaires.  Bienfaisantes, elles prennent soin des papillons, des fleurs, des hommes. Au crépuscule, elles font une ronde sur les sommets et déploient leurs ailes dorées et roses, enflammant les Alpes. (Et là, je ne peux pas m’empêcher d’évoquer un passage d’Heidi, de Johanna Spyri, où la jeune héroïne est toute chamboulée parce que les glaciers, le ciel, la montagnes sont en feu). La nuit, les tendres Filles des rayons du soleil dorment sur la neige jusqu’à l’aube.

Dame Bleue 1Dame Bleue 2

(j’ai craqué pour cette petite fée chez Doucilia Féerie, à Martel. De toute ma collection, c’est celle qui ressemble le plus à la description des Dames Bleues)

Les légendes parlent aussi des Vierges Sauvages ou des Vierges bienheureuses. Sont-elles les mêmes que les Dames Bleues ou des fées différentes ? Les livres ne sont pas clairs sur ce point mais vu que les Alpes sont vastes, il est raisonnable de pencher pour la seconde réponse.

D’autres fées sont bleues, telles la Reine des Neiges et La Vierge des Glaciers d’Hans Christian Andersen. Je n’en parlerai pas plus ici car il leur faudrait leur consacrer tout un article. Vous pouvez aussi lire ces deux contes pour en savoir plus Clignement d'œil (peut-être l’avez-vous déjà fait, d’ailleurs).


Les Anjanas

 

C’est en Cantabrie, une communauté autonome d’Espagne, entre les Asturies et le Pays Basque espagnol, qu’on rencontrera ces magnifiques petites fées. Les Anjanas, également connues sous le nom de Xinxanes, Ijanas, Xanes…, sont plutôt des fées vivant dans des forêts , dans des grottes et s’occupent  des sources ou des fontaines. J’ai pourtant choisi de les classer dans les fées des montagnes pour une raison toute simple, la Cantabrie est une région montagneuse.

Les Anjanas mesurent 50 cm de haut et sont d’une extraordinaire beauté. Elles ont de longs cheveux dorés ou noirs selon les versions, des yeux en amande, bleus ou noirs, empreints de sérénité et d’amour, une peau blanche et des ailes transparentes. Coquettes, elles se vêtissent de longues tuniques blanches au tissu fin et d’une cape bleue et ornent leurs cheveux d’une couronne de fleurs sauvages, de rubans et de nœuds en soie multicolore. Elles possèdent un bâton d’aubépine ou d’osier qui brille d’une couleur différente chaque jour.

Leur voix est douce, rappelant le chant du rossignol ou les pas menus et pressés des insectes sur les feuilles mortes.

anjana (9)anjana

Voici deux images d’Anjanas que j’ai trouvé sur internet (Google pour être précise). Malgré toutes mes recherches, je n’ai pas réussi à trouver qui sont les auteurs de ces deux petites merveilles.

Ces petites fées sont bonnes et généreuses. Cependant, celles de la vallée d’Aras, dans l’est de la Cantabrie, sont réputées moins bénéfiques et plus sauvages.  Les autres rendent tout un tas de services qui facilitent la vie des humains. Elles sauvent les gens gravement blessés grâce à leurs dons de guérison ou aident les gens égarés à retrouver leur chemin.

Les enfants les apprécient. Il faut dire qu’il y a de quoi, puisque ce sont elles qui leur apportent des cadeaux, la nuit du 5 ou du 6 janvier.

À l’Équinoxe du Printemps, les Anjanas se rassemblent sur les hauteurs et dansent jusqu’aux premières lueurs du jour. Elles déposent sur les chemins de mystérieuses roses aux pétales rouges, verts et jaunes. Ce sont des porte-bonheur, car le chanceux qui en trouve connaîtra le bonheur jusqu’à la fin de ses jours.

Ces petites gourmandes raffolent des fraises et de miel, qu’elles chapardent (les petites coquines) dans les ruches. On leur pardonne ces petits écarts, vu tous les services qu’elles rendent par ailleurs. Clignement d'œil

Petite anecdote : une Anjana solitaire vit dans la “Fuentona de Ruente” et s’amuse quelques fois à empêcher l’eau de couler. Sa dernière facétie date de l’hiver 1996.

Pixie_Scene_Maker-DollDivine (une Anjana brune, réalisée par mes soins sur le site Dolldivine)


Fées des Pyrénées : Les Blanquetas

 

Dans la Barousse, une vallée encaissée des Hautes-Pyrénées, vivent des fées appelées les Blanquetas. Elles visitent les maisons la nuit du 31 décembre en compagnie de deux enfants. Un de ces enfants porte une couronne de laurier – symbolisant ainsi le bonheur – tandis que l’autre pleurniche et grimace – incarnant le malheur. Les Blanquetas présentent le premier aux bonnes gens et le second aux mauvaises.

À bientôt pour la suite Sourire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Follow Le Grimoire d'Ithilindil on WordPress.com
octobre 2017
L M M J V S D
« Juin   Nov »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Goodreads

Archives

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 124 autres abonnés

Member of The Internet Defense League

Articles que J’aime

%d blogueurs aiment cette page :