Publicités

Coup de ❤ Fantasy n°1 : Maela de Sacha Isaïn


Je remets ici un article que j’ai publié sur un autre de mes blogs. J’y parle d’un livre que j’ai adoré et que je veux partager avec le plus de monde possible. Je l’ai adorée (😍) et je suis persuadée qu’elle mérite d’être connue.

Maela, les Peuples de Terra Tome 1

J’adore lire des histoires de Fantasy où on croise des magiciens, des sorcières, des elfes, des fées, des sirènes, des nymphes, etc. J’aime bien être transportée dans un autre monde, vivre aux côté des héros des aventures plus palpitantes les unes que les autres et admirer des paysages époustouflant. Parmi les nombreux livres de Fantasy que j’ai lus ces dernières années, il y a une trilogie qui se détache du lot, Les Peuples de Terra de Sacha Isaïn. Dans cet article, je vais parler plus spécialement du premier tome, MAELA…

 

41RBihLGOwL

 

 

C’est en automne 2015 que j’ai découvert MAELA. J’étais sur Amazon à chercher un livre gratuit à lire, histoire de profiter de mon abonnement Amazon Premium. J’avoue, j’avais d’abord cherché des livres avec des sirènes, malheureusement il n’y en avait pas beaucoup et aucun ne m’intéressait ou alors ceux qui m’intéressaient ne faisaient pas partie du programme kindle unlimited. Et flûte ! Du coup, j’ai cherché des livres avec des elfes et là, il y en avait pléthore. J’avais l’embarras du choix et j’ai passé des heures à faire du lèche-vitrine virtuel. En fait, je suis tombée assez vite sur un titre qui a attiré mon regard, KALEENA. Comme le titre était en lettres majuscules, je l’ai lu Kalina et par associations d’idées je l’ai relié à la célèbre chanson russe, Kalinka qui est le diminutif affectueux de Kalina. Comme j’aime la Russie, les contes, la civilisation et la mythologie slaves, j’ai eu envie de m’y plonger et je me suis aperçue que c’était le premier tome d’une trilogie qui faisait suite à la trilogie Les Peuples de Terra. Alors, bien sûr, j’ai cherché le premier tome de cette trilogie et je l’ai trouvé… c’était MAELA.

 

Tout de suite, j’ai été accaparée par le récit. J’étais si accroc que je l’ai lu en deux jours. Je l’aurais lu plus vite mais, eh! on ne peut pas faire que lire dans la vie. Toutefois, c’est un bon signe, cela signifie qu’il me plaisait et que j’avais adhéré à l’histoire. Les premières lignes sont décisives pour moi, si je n’accroche pas, je sais que je ne vais pas poursuivre ma lecture. Pourquoi perdre son temps à essayer de s’accrocher à un livre qui, visiblement, n’est pas fait pour soi ? Pour MAELA, pas de souci, j’ai accroché irrémédiablement.

 

L’histoire débute par un prologue dans lequel le roi de Cristol, royaume des humains, meurt accidentellement. C’est ce décès qui va lancer le récit car il faut désigner un nouveau souverain sur le trône, or à Terra c’est un elfe, le Shawani, qui est le seul abilité à désigner le roi ou la reine. Cette charge n’est aucunement héréditaire, l’élu étant choisi pour ses qualités intrinsèques afin qu’il préserve le bien-être de son peuple et la paix avec les autres races. Au travers du regard de l’héroïne, Maela, nous découvrons l’histoire de Cristol et de Terra.

Suivant la décision du Shawani (je vous invite à lire le livre pour la découvrir), Maela quitte Marben, la capitale de Cristol, et se rend dans la Forêt Elfique pour apprendre la magie car un danger menace Terra et Maela pourrait bien être la clef qui garantira la victoire.

 

Pour en savoir plus, je vous invite à lire ce livre superbement écrit, malgré quelques erreurs orthographiques et typographiques, qui a été autoédité sur Amazon. Vraiment, j’avais du mal à m’en décrocher tant j’avais envie de savoir la suite. Je me suis laissée séduire par les personnages de Maela et du Shawani et par le style de l’auteur. J’ai également beaucoup aimé la personnalité simple et proche de la nature des Elfes. Ils ne sont pas rancuniers et acceptent les choses telles qu’elles sont, en toute conscience, et s’engagent définitivement et fermement dans leurs relations amoureuses et ne jugent pas les autres. Mon passage préféré est le séjour de Maela dans la Forêt Elfique, sans doute parce que c’est le passage que je préfère dans tous les livres impliquant des Elfes. J’aimerais tellement avoir la chance de séjourner chez les Elfes moi aussi :). Comme cela n’arrivera vraisemblablement jamais, je me contente de vivre ce fantasme au travers des personnages des livres.

 

En conclusion, je vous invite à lire MAELA,Les Peuples de Terra 1. Je suis persuadée que vous y trouverez autant de plaisir que moi. La plume de Sacha Isaïn est captivante et digne d’un conteur d’histoires. Cette trilogie est devenue l’une de mes préférées.

******** ******* ****

Merci de lire cet article 🙂 et n’hésitez pas à y mettre un commentaire 😉 C’est toujours agréable d’avoir le retour des lecteurs 🙂

 

 

Publicités

Petite virée à Saint-Céré



Je suis allée faire une petite virée à Saint-Céré. J’aime beaucoup cette petite ville du nord-est du Lot, lovée dans son écrin de collines et veillée par les tours de Saint-Laurent. Je me suis un peu promenée dans les rues, me laissant guider par mon coeur et mes envies. Comparée à Figeac, Saint-Céré n’a pas une grande richesse historique et architecturale. Quelle importance ? Les rues sont plaisantes, on découvre parfois, au détour d’une d’entre elles, une maison qui vaut le coup d’oeil. 

Cette fois, je ne me suis pas beaucoup promenée. J’étais venue pour aller chez Ayroles, un magasin de chaussures,  voir s’il y aurait une paire susceptible de m’intéresser.  En matière de chaussures,  je suis diffic et loin d’être une fashion victim. Les escarpins très peu pour moi. Jaim ue mes chaussures soient pratiques et confortables.  Bon, je suis aussi une fille et j’aime les jolies choses. Alors si je peux trouver ds chaussures jolies, confortables,  pratiques et de bonnes qualités,  je suis heureuse *o* ! Ah oui, parce que j’ai tendance à les garder jusqu’à ce qu’elles soient usées.  Bon, le sujet n’est pas là.  Tout ça c’était pour dire que j’ai déniché la paire de mes rêves chez Ayroles, rue Faidherbe à Saint-Céré. Je suis repartie chaussée avec du coup ^^. Je crois que c’est la première fois de ma vie que je suis aussi emballée par des godasses :)).

Bref,  après la boutique j’ai un peu déambulé dans les rues et sur une place j’ai retrouvé le salon de thé que nous avions découvert l’an dernier ou l’année d’avant avec ma mère et ma soeur. Il s’appelle Melkior qu’il s’ouvre d’un côté sur une place et d’un autre sur une rue. Côté place, c’est un petit salon de thé. Côté rue, une boutique.


Le salon de thé

Il n’est pas très grand,  juste assez de place pour une table basse entourée de trois fauteuils,  une desserte où sont présentées les pâtisseries du jour et deux tables plus hautes accompagnées de deux chaises chacune si je me souviens bien. Il y a des tableaux aux murs, dont un de style impressionniste,  et un vitrail sur la porte des toilettes.  Oh ! J’ai failli oublié la petite vitrine où sont disposées des étagères avec des pots, des tasses,  des théières.  L’ensemble a un charme désuet plaisant. Peut-être êtes-vous comme moi, sensibles à l’atmosphère d’un lieu. En tout cas, pour moi cela compte presque autant que la qualité des produits que je consomme. Oui,  parce que boire un excellent thé dans un lieu où tout vous donne l’impression qu’on veut ue vous partiez au plus vite, ça gâche tout le plaisir.  Mais je crois que cette situation se présente rarement,  qu’une personne qui n’est ni chaleureuse ni aimable ne peut pas vendre de bons produits.  

Bref, tout ça pour dire que la dame qui nous m’a servie était accueillante et gentille, gentille dans le sens d’agréable et prévenante. La cart des boissons et fournie. Bon, comme je ne bois pas de café et que j’évite les boissons chocolatées hors de chez moi à cause du lait,  je ne l’ai pas feuilletée jusqu’au bout. J’ai choisi un thé vert du Japon,  dont e n’ai pas retenu le nom.  Le Taryokucha, je crois. Je vérifierai dès que possible. Pour compléter ce goûter et parce que je suis une fille un peu gourmande et paradoxale,  j’ai pris un scon avec d la crème fraîche Rhodda et de la confiture de myrtilles. Mais enfin Ithilindil,  la crème, c’est fait avec du lait et du lait tu n’en prends pas avec le chocolat ! Paradoxale,  je vous dit ! En fait,  c’est parce que je ne digère pas bien le lait chaud surtout avec du chocolat. Généralement,  je consomme des laits et des crèmes végétaux mais là j’avais envie de goûter la crème Rhodda,  parce que la fois d’avant il n’y en avait plus. Tartinée sur un scone avec de la confiture c’est un pur délice. Mes papilles en dansent encore de joie ^^. Cette crème est particulière,  totalement différente des crèmes fraîches françaises. Je ne sais pas comment la décrire… Elle est un peu plus jaune (mais c’est peut-être dû à l’éclairage) et, comment dire ? Elle reste agglomérée quand on en prend un peu et ne s’étale pas facilement.  Peu importe ! Elle est goûteuse et se marie harmonieusement avec la confiture de myrtilles. Ah! Et le thé vert japonais sublimait le tout, je trouve. 🙂



J’ai oublié d’indiquer dans la description du salon de thé qu’il y a une table de chevet près de la table basse et des fauteuils où j’étais assise. Enfin,  ça doit avoir un autre nom ce meuble mais je ne le connais pas.  (Note personnelle : apprendre les différents noms de meubles). Bref, sur l’étagère en bas dudit meuble il y avait des magazines comme le country living. J’ai trouvé ça super chouette :), ça donne une atmosphère conviviale. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un autre chez moi.
La boutique

Pour payer ses consommations, il faut passer dans la partie boutique,  juste derrière le salon de thé.  Elle n’est pas très grande. À l’instar du salon de thé,  elle a un charme désuet et féminin. Elle ressemble à ces boutiques d’antan avec ces étagères et ses tables en bois, encombrées de pots, ses corbeilles remplies de sachets de tisane. On dirait une boutique dans le monde des sorciers de Harry Potter ^^.

Comme nous sommes en pleine période de pâques,  il y avait de jolis assortiments de chocolats.  Par exemple,  il y avait des petits plateaux avec des chocolats et un petit bol sur la grande table ronde au milieu de la boutique.  C’était tout mignon !^^ 😉 🙂

Cet article se termine.  J’espère qu’il vous aura plus. Si un jour vous passez dans le Lot,  pensez à faire un petit tour à Saint-Céré et au Melkior, vous ne serez pas déçus. 

Follow Le Grimoire d'Ithilindil on WordPress.com
avril 2017
L M M J V S D
« Fév   Mai »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Goodreads

Archives

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 123 autres abonnés

Member of The Internet Defense League

Articles que J’aime

%d blogueurs aiment cette page :