Publicités

Les plaisirs simples


Aujourd’hui, tout coûte cher. Je me fais peut-être des idées, mais il me semble que les loisirs coûtent plus chers qu’à l’époque des francs. Mais passons… Pour se créer des moments de joie, des plaisir simples, nul besoin de dépenser de l’argent. Moi qui n’aime pas le café, je ne parlerai pas de ce breuvage mais je vais parler d’une de mes boissons préférées: la tisane. Aussi appelée infusion, elle est simple à faire, s’adapte à tous les goûts, détend et soigne. Bref, elle allie l’utile à l’agréable. Surtout, on peut la faire sans dépenser un centime ou presque. Si vous possédez un jardin ou si vous avez des plantes en pots, vous possédez peut-être des plantes comestibles. Peut-être avez-vous de la verveine, de la menthe, du romarin, de la sauge, du thym. Ces trois derniers sont des plantes aromatiques souvent utilisées dans la cuisine. Vous en avez peut-être dans votre cuisine. Ces trois plantes sont nos amies pendant l’hiver car elles peuvent soigner un rhume.

Mon petit bonheur est de préparer une infusion composée d’un brin de thym, de quelques feuilles de sauge et d’un brin de romarin. Lorsque la boisson est prête, j’aime la boire lentement en écrivant, en dessinant ou en regardant mes trois chats. Les arômes de ces trois plantes se marient très bien et laissent un arrière-goût frais dans ma  bouche.

Ces petits plaisirs sont, comme l’indique leur nom, simple à faire et très peu coûteux. Je vais peut-être passer pour une vieille grand-mère, mais je préfère cela que dépenser beaucoup d’argent pour des « paradis artificiels ».

Publicités

Ecrire


Ecrire relève du même art que dessiner, sculpter ou peindre, celui de créer. Le crayon ou, plus prosaïquement, le clavier est le pinceau de l’écrivain, la feuille ou l’écran sa toile, les mots ses couleurs. Le peintre pose ses couleurs sur la toile et son sujet naît sous ses traits de pinceaux. Lorsque le « spectateur » peut enfin voir la peinture, celle-ci est finie. Le spectateur voit ce que le peintre avait en tête, il entre dans son imaginaire. L’écrivain écrit ses phrases sur son écran ou sur le papier. Ces phrases deviennent un livre où se concentre son imaginaire. Le lecteur lit le livre et se fabrique sa propre image, sa propre peinture dans sa tête, à partir de ce qu’il lit.

Un livre, c’est une fabrique à images, à imaginer.

 

Follow Le Grimoire d'Ithilindil on WordPress.com
octobre 2013
L M M J V S D
« Mai   Avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Goodreads

Archives

Il semble que l’URL du site WordPress ne soit pas bien configurée. Merci de la vérifier dans vos réglages de widget.

%d blogueurs aiment cette page :